FASHION WAR

avril 2019
keyboard_arrow_down

FASHION WAR

Aux Etats-Unis (leader mondial de l’exportation d’armes en 2017 avec un chiffre d’affaire de 26,9 milliards de dollars), la marque Crickett s’est récemment spécialisée dans les armes pour enfants âgés de 4 et 10 ans. Ainsi elle propose des carabines roses pour les petites filles adaptées à leurs taille et personnalisables ou bleues pour les garçons. Les munitions, quand à elles, font partie du set de vente.

EN PRÉAMBULE




La France, berceau de la mode et de l’élégance, occupe la troisième place du podium des plus grands exportateurs d’armes mondiaux, avec des bénéfices de 20 milliards d’euros en 2018 dans l’industrie de l’armement. La production française est représentative d’un concept novateur tout en tenant compte de l’esthétique des armes et de leur adaptation aux standards actuels.

Les données de ce marché restent opaques, mais on estime que la vente d’armes classiques représente un total de 80 milliards d’euros par an.

Près de 500 000 personnes sont tuées chaque année par arme à feu, que ce soit ou non en zone de conflit.

En partant de ces postulats, la compagnie Ardiente propose, avec FASHION WAR, une vision artistique et dystopique de l’impact de cette industrie afin de sensibiliser le public au port d’arme et à sa réglementation.

Parmi les cinq meilleurs clients de la France, on compte l’Inde, l’Arabie Saoudite, l’Egypte, le Brésil et le Quatar. Deux d’entre eux sont accusés de violations des droits humains.

Présentation à l’Université Paul Valéry ( Octobre 2018 et Avril 2019 ) et dans le cadre de l’ATOM Festival (Juillet 2018)